vendre votre nissan d’occasion

Accueil > Marques > Nissan

Votre vieille Nissan ne s’adapte plus à vos besoins parce qu’elle ne peut plus contenir votre petite famille ou qu’elle consomme énormément ? Il est temps pour vous de vous en séparer. Vous avez le choix entre la vente à un particulier et la reprise Nissan par un professionnel. Sachez que vous n’aurez aucun mal à trouver un modèle plus récent de cette marque japonaise présente sur le marché de l’automobile depuis 1932.

Des particuliers plus chicaneurs qu’auparavant

Pour plus de tranquillité, il est judicieux de favoriser une reprise Nissan par un professionnel au lieu de la céder à un particulier. Lorsque vous vendez votre ancienne Nissan à un acheteur particulier, vous courrez le risque d’être rattrapé par une réclamation au bout de quelques temps suivant la vente. En effet, les utilisateurs modernes sont de plus en plus chicaneurs grâce à la mise en place du dispositif de protection juridique. Ainsi, dans le cas où vous ne seriez par certain de l’état général de votre véhicule ou vous soupçonneriez un vice-caché répétitif, il est plus sage de miser sur la prudence. Ceci étant pour se garantir d’un risque de poursuite judiciaire.

Vous devez comprendre qu’en cas de gros souci, quelques mois seulement après la cession, l’acquéreur se retournera contre votre bonne foi. Il va à cet effet jouer sur la garantie lui offrant l’opportunité d’un recours amiable avant de porter l’affaire devant la justice. C’est un privilège que nombreux particuliers n’hésitent pas à entreprendre en cas de vice-caché.


Privilégiez la vente à un pro

Par conséquent, pour éviter d’être ennuyé par un utilisateur fâcheux, la meilleure solution est de se tourner vers la reprise Nissan par un professionnel. Selon la législation française, vous n’êtes pas obligé de lui procurer un véhicule muni d’un certificat de contrôle technique. De par son caractère, un professionnel est présumé tout savoir et tout discerner. Même les vices cachés les plus douteux.

À l’inverse d’un acquéreur fortuit ou ignorant, le professionnel est supposé être en connaissance des éventuelles imperfections de l’auto qu’il se procure. Cette situation fait naître une conséquence considérable. Le professionnel n’a plus donc le droit de recourir à une réparation de vices cachés à votre encontre. Il ne bénéficiera pas de la résolution de la transaction pour ce motif. Son caractère de preneur professionnel modifie ainsi les vices cachés en vices visibles. Ce qui implique qu’il ne peut pas déposer aucune plainte qui vous incrimine. Il devra payer de sa poche les diverses réparations nécessaires pour remettre la voiture achetée en l’état.

Par contre, il peut engager votre responsabilité dans le cas d’un vice délibérément dissimulé. Si vous avez dissimulé le fait qu’un rajout de 3 litres d’huile dans le moteur est indispensable tous les 1.000 km, il va tout de suite vous recontacter. L’essentiel serait de rester honnête durant la négociation même si cela va faire baisser le prix de la reprise Nissan. Mais cela vous permettra d’avoir la conscience tranquille.

Découvrez nos articles sur les modèles Nissan : Juke | Micra | X-Trail